Le président de la République a présidé, la journée nationale de l’artisanat à Ngaye Mékhé. Une occasion saisie par Macky Sall pour annoncer une enveloppe de 8 milliards pour accompagner les artisans du Sénégal en infrastructures, équipements et encadrement.

Le Cayor a déroulé le tapis rouge au président de la République pour les besoins de la célébration de la première édition de la journée nationale de l’artisanat. Une occasion saisie par le chef de l’Etat pour annoncer que dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (Pse), une enveloppe de 2,5 milliards a été allouée spécialement cette année 2014 à l’artisanat afin de permettre l’édification de nouvelles infrastructures notamment à Mékhé, Diamniadio et à Thionk Essyl. Mieux, ajoute le président Macky Sall : ‘’Nous allons renouveler cette dotation spéciale de 2,5 milliards pour les trois prochaines années. Ce qui fera 8 milliards en dehors du budget classique pour accompagner les artisans du Sénégal.’’

Autour du thème ‘’rôle de l’artisanat dans l’émergence du Sénégal’’, la première édition de la journée nationale de l’artisanat a été l’occasion pour le gouvernement du Sénégal de signer un accord avec les artisans. ‘’Des instructions ont été données pour que 15% de la commande publique reviennent aux artisans. Notre objectif est de rendre compétitive la production nationale et d’atténuer la dépendance aux produits importés’’, a dit le président de la République.

Aussi et toujours dans le cadre de la mise en œuvre du Pse, l’Etat compte réaliser et équiper des infrastructures modernes et l’ensemble des centres artisanaux nationaux de manière à soutenir les produits et services artisanaux. ‘’Nous allons renforcer la capacité des artisans à travers différents projets et programmes. C’est ainsi que des comités régionaux d’apprentissage ont déjà été installés dans les 14 régions du Sénégal pour assurer un déploiement effectif et efficace de l’apprentissage rénové’’. Il s’y ajoute la réhabilitation du centre de formation artisanale de Dakar ainsi que des centres de perfectionnement artisanaux pour Tivaouane, Kael, Missira et Sédhiou. En outre, la mise à disposition de financement plus adapté a été entamée, selon Macky Sall, pour faciliter l’accès des artisans au crédit.

A ce titre, informe-t-il, un accord de partenariat a été signé en octobre dernier entre le ministère de l’Artisanat et le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip) pour un montant de 2,741 milliards. Ce financement est destiné à soutenir les artisans et de leur trouver une ligne de garantie devant leur permettre d’accroître la production de biens et services. ‘’Nous allons renforcer vos capacités en matière d’accès au crédit et de garantie. Ceci pour non seulement vous permettre d’accroître vos productions mais surtout pour vous aider à vous positionner sur le marché national et international à l’image du label ‘’Dallu Ngaay’’, a promis le chef de l’Etat.

Par ailleurs, le gouvernement du Sénégal est en train de renforcer, selon le président Sall, la stratégie de promotion commerciale. ‘’Le gouvernement a réalisé en deux ans sept maisons de l’outil dont celle de Mékhé que je viens d’inaugurer. Je salue l’idée de la maison de l’outil mais c’est une idée qui doit évoluer vers des incubateurs de petites et moyennes entreprises et petites et moyennes industries. Les incubateurs devront être des hôtels d’entreprises. Cela permettra aux acteurs de l’artisanat d’être dans les dispositions et conditions d’être présents au plan international’’. C’est dans cette dynamique qu’une nouvelle maison de l’outil et un nouvel hôtel des Pme et Pmi sera érigé à Diogo en partenariat avec la société Grande cote opération (GCO), à en croire le chef de l’Etat.

…Un chapelet de préoccupations

Les populations de Ngaye Mékhé, par la voix de leur maire, n’ont pas manqué de faire part de leurs préoccupations au président Macky Sall. Selon l’édile de la ville, Maguette Wade, Mékhé a été érigée en commune de plein exercice en 1908 par Williams Ponty. A l’époque, elle s’étendait sur une superficie de 4 km² avec une population de quelques 2 000 âmes.

‘’100 ans après, le périmètre communal est resté le même en dépit de l’explosion démographique. Mékhé a passé le cap des 30 000 habitants en 2014. Devant un tel constat, nous demandons l’extension du périmètre communal ou bien l’érection de la ville en département pour en faire un pôle économique, administratif et politique’’, plaide le maire. Selon qui, en dépit de son avantage comparatif en termes de géo position et de ses énormes potentialités économiques, la ville de Mékhé reste un parent pauvre du développement.

‘’Nous voulons le démarrage des travaux de construction de la route Mékhé-Diogo-Fass Boye que les populations réclament depuis l’indépendance. Une fois les travaux terminés, le poisson et les produits maraîchers seront à la portée des populations de l’intérieur du pays’’, a déclaré Maguette Wade. Ce dernier souhaite aussi le bitumage de la route Fatick-Bambey-Baba Garage qui sera, selon lui, le cordon ombilical entre Fatick et Mékhé.

De son côté, le président des Chambres de métiers de Thiès, Amadou Matar Sèye, a demandé la construction d’une tannerie pour une meilleure qualité des produits artisanaux. Son camarade Dieynaba Thiello, représentante des teinturières, de souligner que les activités des acteurs artisanaux sont bloquées à cause des difficultés de l’accès aux financements. Les mécaniciens quant à eux demandent l’érection de garages modernes dans toutes les 14 régions du Sénégal.

NDEYE FATOU NIANG (THIES)

LAISSER UN COMMENTAIRE